Focus sur le vaginisme

Le vaginisme diffère de la frigidité, et diffère également de la baisse de libido. Il s’agit d’un phénomène qui empêche toute pénétration. Tout est normal, du moins du point de vue physique chez la femme. Mis à chaque tentative de pénétration, un spasme arrive et le vagin se referme. Le pénis ne peut entrer qu’en forçant le passage, ce qui est douloureux pour la femme. Ce n’est pas que le pénis qui est interdit d’accès. Tout examen gynécologique devient un parcours du combattant. Cette maladie est très handicapante. Heureusement, elle est aujourd’hui reconnue et traitée.

Vaginisme, quelles en sont ses causes ?

Il y a deux sortes de vaginisme : le primaire et le secondaire. Le vaginisme primaire induit que la femme n’avait jamais eu de rapport avant, et s’est tout de suite vue confrontée à son problème. Il est secondaire, lorsqu’il apparaît après une période de vie sexuelle normale. Le plus souvent, et dans les deux cas, les causes sont d’ordre psychologique. Pour le cas du vaginisme primaire, une éducation très stricte est parfois à l’origine de la maladie. La femme n’assume pas d’avoir des relations sexuelles, et son corps réagit en empêchant l’intrusion. Dans le second cas, la femme a pu se trouver confronter à des rapports douloureux, et la peur que ça recommence fait que son plancher pelvien se contracte à toute tentative de pénétration.

Quels traitements préconiser ?

Il y a des exercices qui aident à détendre les muscles du vagin. Ces exercices servent à rééduquer le périnée pour qu’il se détende. Le travail se fait avec quelqu’un, mais aussi seul. La femme doit se réapproprier son corps. A la maison, elle se soigne elle-même avec des dilatateurs du vagin. La pénétration ne correspond plus à une invasion, car c’est elle-même qui se soigne. Parallèlement, il faut un traitement psychologique. Ce dernier permet d’identifier la ou les causes du vaginisme, afin de l’éloigner sur le long terme.

Comment gérer la relation de couple ?

Une fois le problème identifié, l’homme peut aider la femme à se décontracter. Le sexe n’a pas à être banni de la relation. Il suffit d’être inventifs. Le fait de rendre à la femme son rôle de femme, même sans pénétration, peut l’aider à débloquer son mental, et donc à en finir avec le vaginisme.

Be the first to comment on "Focus sur le vaginisme"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*