Le priapisme : il faut en parler

Considérés par la majorité comme un sujet tabou, rare sont ceux qui osent parler des troubles érectiles. Alors qu’il s’agit d’une maladie comme une autre. D’ailleurs, actuellement, nombreux sont les hommes qui présentent des problèmes de priapisme. C’est un trouble érectile caractérisé par une érection persistante, involontaire et anormale en dehors de tout désir sexuel. Sans prise en charge médicale, elle peut devenir douloureuse. Le point dans ce qui suit.

Les différents types de priapisme

Trois formes de priapisme peuvent être constatées :
– Le priapisme ischémique : c’est le trouble le plus fréquemment identifié. Il se caractérise par un faible débit sanguin, ce qui entraîne une érection à la fois rigide et particulièrement douloureuse. Dans ce cas-ci, l’intervention d’un médecin est indispensable pour éviter d’autres troubles
– Le priapisme non ischémique se caractérise par une érection moins rigide et peu douloureuse. Une fois l’érection terminée, la douleur passe, ce qui ne requiert pas une prise en charge médicale immédiate. Cependant, elle pourrait être recommandée pour stabiliser la vie sexuelle du malade
– Le priapisme récidivant consiste en un dysfonctionnement érectile entraînant une irrégularité et une récurrence de l’érection. Cette forme de priapisme peut être le résultat d’une drépanocytose non traitée. Un simple traitement hormonal peut soulager le trouble.

Les symptômes du priapisme

Plusieurs facteurs peuvent motiver les troubles du priapisme. Parmi les plus courants, on peut citer les troubles de la circulation sanguine, la leucémie, les cancers pelviens, le traumatisme du pénis, l’alcool, la cocaïne, la maladie de Vaquez, une tumeur cérébrale ou une thrombocythémie essentielle. Mais, pour identifier la cause du priapisme, une prise en charge médicale est nécessaire.
Pour ce qui est des symptômes du priapisme, ils varient d’un patient à un autre. Mais, en général, le malade présente une érection prolongée qui peut atteindre jusqu’à 4 heures. Cette érection peut être douloureuse, mais pas obligatoirement. Durant l’érection, le gland est mou et le pénis est rigide. Cependant, on remarque une absence d’éjaculation.
On a aussi remarqué que de nombreux cas de priapisme est l’effet indésirable d’un traitement à base d’injections intra-caverneuses souvent prescrit pour traiter certaines formes d’impuissance masculine.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.